27/02/2007

Histoire de Caïd - partie 1

 

C'est en 2002 alors que je surfais sur le Net que j'ai fait la connaissance d'une race canine belge méconnue, le bouvier des Ardennes ou bouvier ardennais.  En 2003, mon épouse, mes enfants et moi-même avons décidé de reprendre un chien, notre dernier compagnon, Ninja, un magnifique beauceron s'était endormi pour la dernière fois le 6 octobre 2001.  Le vide devait être comblé.

Le bouvier ardennais, race quasiment disparue, semblait correspondre à nos critères, à savoir, un chien pouvant vivre à l'extérieur durant la journée, fidèle à son maître, ami des enfants, bon gardien, moins encombrant qu'un beauceron, facile à éduquer, demandant peu d'entretien, courageux et sportif.

Le bouvier des Ardennes est un véritable chien de ferme capable de mener un troupeau de moutons ou de bovins, vif, attaché à ses maîtres, vigilant mais peu agressif, il est de proportions plus modestes que son cousin des flandres et son pelage de 5 à 7 cm sur un sous-poil plus ou moins dense ne demande qu'un minimum d'entretien.

Commença alors la recherche d'un jeune bouvier, ce ne fut pas chose facile, après bon nombre de recherches sur le Net, auprès de la Société Royale Saint-Hubert, de la FCI, des sites consacrés à nos compagnons canins, etc.…, j'ai finalement contacté monsieur Philippe Henry, secrétaire du Club Belge du Bouvier des Flandres (SRSH-FCI), qui m'a communiqué les coordonnées de monsieur Yves Dambrain, Juge International d'Exposition et de Travail auprès de la FCI, chargé du programme de reconstitution du Bouvier des Ardennes.

Monsieur Dambrain qui est à la base de la "re-découverte" du bouvier des ardennes possède à l'époque le seul élevage à ma connaissance existant en Belgique (Elevage du Maugré situé à Piéton dans la région de Charleroi).

Nous multiplions les contacts, mais finalement c'est à la Bergerie Bourbonnaise, élevage de monsieur Philippe Haeyaert que nous avons trouvé notre bonheur.

Le samedi 14 juin 2003 mon épouse et moi-même arrivons à Domérat (Montluçon) après 630 km d'impatience.

Les enfants de la maison nous invitent à rentrer et après quelques minutes la plus jeune des deux filles revient les bras chargés d'une petite boule de poils couleur fauve clair légèrement charbonnée.  C'est Caïd, le chiot que nous avions réservé quelques semaines plus tôt.

Après avoir réglé les charges administratives et financières, mais surtout après une grande conversation ayant Caïd et ses congénères pour seuls sujets nous avons repris la route vers la Belgique, mais cette fois-ci nous étions trois.

C'est en rentrant chez nous que Caïd rencontre Gysmo notre chat, les enfants qui ignoraient les réels raisons de notre absence ne lui seront présentés que le dimanche matin.

Caïd trouve rapidement sa place dans cette famille, il apprend très vite et se développe à grande vitesse.

Lorsque Caïd atteint ses trois mois, je contacte un maximum de gens dans le monde canin belge et français.  A ce moment, pour la deuxième fois dans ma vie, j'ai l'envie démesurée de m'impliquer dans l'univers canin, et ce sur plusieurs fronts en même temps.  A défaut de club officiel du Bouvier des Ardennes, c'est auprès du club des Bouviers des Flandres que je cherche mes renseignements et j'apprends que certains amateurs de l'ardennais se réunissent parmi les "flandriens".  D'autre part, je me renseigne à l'ECMC de Marbais, l'école canine de maître chien pour une formation d'éducateur canin, chose qui me trotte en tête depuis des années.  L'idée de créer un petit élevage familial germe déjà dans ma tête depuis un moment mais mon épouse ne semble pas fort enclin à cette idée, je compte sur mes enfants, sur le temps et de bons résultats en exposition avec Caïd pour la persuader.

Jens, notre fils (à l'aube de ses cinq ans) passe presque tout son temps à jouer avec Caïd et Maïté (sept ans et demi) pour qui nous avions en fait cherché un chien, s'occupe quotidiennement de lui, cela va des repas au ramassage des crottes dans le jardin.

Dans quelques mois Maïté et Caïd devraient s'entrainer pour participer à l'un ou l'autre Canicross, de mon côté j'hésite encore entre Fly Ball et Agility.

A trois mois et demi, les dents de lait commencent à laisser place aux dents définitives.  Caïd aura droit à deux petites piqures supplémentaires aux vaccins classiques pour endiguer la gale du chiot décelée par notre vétérinaire.

Nous commençons l'éducation et ma formation d'éducateur canin en septembre 2003 à l'ECMC de Marbais.

A 5 mois et 1/2, nous passons de la "classe bébé" à la "classe d'accueil" pour une leçon avant de passer en "classe A".

En novembre 2003, je présente Caïd au Eurodogshow de Courtrai en classe Puppy, Caïd trop impressionné et victime d'une trop longue attente se terre au sol et refuse d'entrer sur le ring.

Le 25 janvier 2004, nous nous rendons à l'International Dog Show de Mouscron.  Trois autres bouviers des ardennes sont de la partie, Benjy (rencontrée à Courtrai) présentée par Jacques De Bo, Biscotte et C'Psuche emmenées par Philippe Walrant.  C'est Monsieur Yves Dambrain qui est chargé des jugements, il classera Caïd 1er CJM (Classe Jeune Mâle) avec le qualificatif TB (Très Bon).

Le 31 janvier, c'est à mon tour de passer sur la sellette, je réussi l'examen théorique d'instructeur d'obéissance Saint-Hubert (4B) avec 92%.  Commence alors une période de stage d'un an avant la dernière épreuve, l'examen pratique.

Caïd a maintenant atteint sa taille adulte, de belles dents, de belles oreilles bien droites; bien typé avec de bonnes proportions, juste un petit hic au sujet de son pelage trop peu abondant (à voir après la seconde mue).

Le 20 mars 2004, Caïd effectue un test de passage de classe au sein de l'ECMC (93 %), maintenant il se retrouve en classe B, le travail sans laisse et encore plus stricte commence réellement.

En février 2005, c’est l’examen pratique de moniteur 4B que je réussis avec brio.  Caïd et moi continuons à fréquenter l’ECMC (où nous progressons tous deux) jusqu’en octobre ou je décide de changer de club pour peut-être avoir d’autres approches de l’éducation et ainsi augmenter mon expérience.  Me voici donc au club des Baraques à Waterloo, où nous envisageons d’ouvrir une section Fly Ball…..

13:17 Écrit par Ivan dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Eté 2006 - v'la les vacances

Quelques jours à la montagne

ete2006_01  ete2006_03

ete2006_05

ete2006_04
ete2006_08

Puis quelques jours sous ce $#§!&!# de soleil..........

ete2006_09

 

ete2006_06
..............ok je dis plus rien sur la chaleur
ete2006_07

......je m'suis trouvé un coin tranquille à l'ombre 

 

11:34 Écrit par Ivan dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Standard du BA

STANDARD F.C.I n° 171a

ORIGINE : Belgique
chien du 1er Groupe, section 2 , soumis au travail
Aspect général :
Râblé, de taille moyenne, dégageant une impression de puissance .
Chien hirsute avec moustache et barbiche.
La hauteur au garrot est approximativement égale à la longueur du corps.

Tête :
Truffe noire, dents en ciseaux, yeux le plus foncé possible.
Oreilles non coupées, plutôt petites, elles sont plantées haut sur le crâne.
Les oreilles droites ont la préférence mais elles peuvent être rabattues sans être plaquées.

Corps :
Puissant, sans lourdeur, plutôt rond.
Dos bien plat et musclé.
Poitrine bien descendue, jusqu'aux coudes, poitrail large.
Ventre bien rempli.

Queue :
Préférence sera donnée aux chiens nés anoures, voire brachyoures, mais la queue longue est admise, sans être recherchée.

Membres :
Antérieurs puissants et bien droits,musclés.
Postérieurs puissants, musclés, moyennement angulés.

Poil :
Hirsute, sec, d'une longueur de 5 à7 cm. Le sous poil est dense, permettant au chien de supporter des conditions climatiques très rudes.
Poils plus courts sur le crâne.
Moustaches, barbiche et casquette d'une longueur d'environ 6 cm.
Toutes les couleurs sont admises, sauf le blanc.
Les pieds blancs ainsi qu'une tache au poitrail sont tolérés.

Taille :
Mâle : 57 à 63 cm
Femelle : 53 à 57 cm

Poids : environ 25 à 30 kg

10:53 Écrit par Ivan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Historique du BA

Historique

[Ce qui suit est tiré d'un article écrit par Mr Dambrain paru dans le sillon ardennais du 05/04/02]


Depuis toujours appelé chien de vaches ou bergeot dans les Ardennes belges, façonné par des générations d'utilisateurs, il doit son aspect surtout à son labeur pénible, au rude climat et au relief de sa région d'origine plutôt qu'à la volonté de l'un ou l'autre.

Seuls les plus rustiques et les plus performants d'une production volontairement limitée restèrent en vie pour conduire les troupeaux, le plus souvent de vaches laitières et de moutons, mais aussi de porcs et de chevaux au XIX siècle.  À cette époque on l'utilise aussi à la traque au cerf et au sanglier.

C'est le 28 avril 1903, à l'exposition de Liège,que le professeur Reul découvre "Tom", premier chien au type idéal de chien de bouvier (sans plus de précision à l'époque).

Rom

 

En 1913, est fondée la "Société liégeoise pour l'amélioration du chien de bouvier de la province de Liège et des Ardennes", qui rédige le standard précisant l'aspect de ce représentant du patrimoine régional.
(Le texte définitif sera adopté par la Belgique en 1923 et publié par la F.C.I. le 16 juin 1963.)
Entre les deux guerres le bergeot reste à son poste chez les fermiers que n'intéressent pas les pedigrees.  Seuls quelques amateurs inscrivent des bouviers aux livres officiels des origines.

 

Rapport du juge Jos Loesberg , à l'exposition du jardin d'acclimatation (29/06/1919):

"Cette race très ancienne, absolument locale, est en voie de sélection.  Je mets les éleveurs en garde contre la tendance qu'avaient les chiens présentés à se rapprocher du type berger, beau,  fin, léger. Le chien de bouvier ardennais doit être rustique, frustre, de forte ossature, lardé et puissant, il doit avoir l'air rébarbatif, sévère et peu commode.
Excusez le paradoxe, mais sa beauté à lui, c'est d'être laid.
Je ne saurais trop le répéter, le chien de bouvier doit être rustique, c'est un chien de cour, d'étable de campagne, mais pas d'appartement ni de salon ".

10:50 Écrit par Ivan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Carte d'identité

Caïd 2 mois

 

Nom: Caïd  (officiellement U'caïd)

Date de naissance: 25/04/2003

Lieu de naissance: Montluçon - France

Sexe: Mâle

Pedigree: LOF 1 Bou, ARD 000050/

Elevage: La Bergerie Bourbonnaise

Producteur: Haeyaert Philippe

Père: Yrak (dit Palès) ALSH 57978
LOF 1 BOU, ARD 000018/00002, Champion de
France CS, mâle recommandé.

Mère: Xandra du Maugré ALSH 56923
LOF 1 BOU, ARD 000001/00001, Championne
de France CS.

 

10:21 Écrit par Ivan dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |